voir aussi [avanie]

algarade ce serait le nom de ma diatribe envers & contre le désaveu d’amour on se demande souvent d’où peut venir la folie, seraient en cause le corps l’histoire un dysfonctionnement interne, et pourtant, la folie n’est rien d’autre que la conséquence d’une douleur inconsolée, ne sait-on pas que la douleur vient du dehors, que si l’on finit par se faire de soi-même du tort, c’est seulement pour se divertir de la souffrance qu’on n’a pas choisie, l’infligée, la retorse, et ce serait honteux de porter cette vérité au dehors, ne m’inflige pas cette honte, vas-tu seulement te taire, ce n’est pas digne, ce n’est pas littéraire, de dire les choses ainsi. la personne forte se relève, elle ne raconte pas, elle avance en silence, elle a quelque part où aller, la personne faible encaisse, prend connaissance de son impuissance, cherche par tous les moyens à se redonner une contenance, le mot est un moyen comme un autre, il faudrait sans doute éprouver de la gêne, la gêne est un étalon de mesure social, tu es gênée, tu dois avoir tort, reprends toi, conduis toi comme une femme, comme un adulte, comme un être équilibré, sois digne, car si ta dignité est en restes, c’est de ton propre chef, mais arrive ce moment de l’après, ce moment où plus rien ne gêne, il ne s’agit pas d’un manque de pudeur, plutôt, on a perdu confiance en l’être-ensemble, on ne s’en remet plus aux codes de bienséance, on s’en remet aux faits, au langage, on a dépassé l’étape de demander des explications, on se fait à l’idée, on lance des paroles en l’air en espérant non pas changer les déserteurs (on ne change pas les absents), mais offrir de la matière à ceux qui comme nous, ont souffert d’une façon qui ne se raconte pas, mais ça, ce cela-qui-ne-se-raconte-pas, ce serait trop demander, de le comprendre, alors j’offre une chaise vide à l’œil qui préfère ignorer la solitude le mal dont on est capable c’est-à-dire coupable j’offre à l’œil vide une épaule quelques mots qui feront rougir le lecteur, qui pousseront au mépris ou pire à l’indifférence, j’offre une impression tendre & mensongère que rien n’est grave qu’on guérira de sa violence de son regard qui ne s’est posé sur nous que pour nous traverser

algarade : 1. altercation vive et inattendue avec quelqu’un. 2. raid de cavalerie que faisaient en pays musulman les seigneurs chrétiens de l’espagne de la reconquista. synonymes : avanie – incartade – scène – SORTIE.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s