anti palmarès intermédial _

en cours d’atelier de création numérique, on nous a demandé de réunir six (6) oeuvres issues de différents media. la consigne : dire en moins de soixante-quinze (75) mots en quoi ces oeuvres ont marqué notre subjectivité. //

pour tout dire, j’ai beaucoup de mal avec les palmarès, (consommez ce que vous voulez, il suffit de problématiser) mais j’aurai rassemblé ici quelques objets qui sont devenus comme une part de moi, sans savoir, je l’avoue, de quoi ce « moi » retourne. //


un (1) _ LA ROSE LA PLUS ROUGE S’ÉPANOUIT // liv strömquist [2019]

je ne lis pas de bande dessinées, ni même de romans graphiques. je n’ai pas ça en moi, cette connaissance tranquille de mots portés pas les images. mais j’aurai lu strömquist sur recommandation, & dès les premières pages, j’ai eu envie de pleurire devant le visage las, défait, de ce leo di caprio, en quête d’un amour « vrai » auprès de mannequins qu’il jette l’un après l’autre comme les fleurs fanées d’un bouquet défraichi. quid de l’amour leo ?


deux (2) SPACE IS ONLY NOISE IF YOU CAN SEE // nicolas jarr [2011]

je recommande non pas une compilation, mais une chanson, à écouter en boucle jusqu’à ce que mort s’en suive. l’ambiance est électro, presque qu’interstellaire. c’est l’histoire rythmée d’un changement de paradigme : on cesse de consulter la météo, les nouvelles. on regarde sa montre, on regarde le monde par l’entremise des écrans : avons-nous toujours vécu comme cela (?) c’est une mise à mal de nos centres gravitationnels. on s’élève peu à peu en orbite, on arrête tout, on dérive.


trois (3) LES TEMPS INACHEVÉS / LOST IN TIME // patrick bernatchez [2009-2015]

c’était une expo au musée d’art contempo il y a de cela des années. bernatchez avait rassemblé des gravures très sombres représentant des corps en décomposition, mais les temps inachevés, c’était un court-métrage mettant en scène un protagoniste masqué, situé comme hors-temps, errant dans un paysage enneigé avec & sans sa monture casquée. le sujet sans visage à la recherche d’un lieu où se penser.


quatre (4) CRÂNE CHAUD // nathalie quintane [2012]

nathalie quintane me pèse. si je pouvais dé-lire un livre comme on déprogramme un ordinateur, je dé-lirais crâne chaud. c’est un livre sur la porno qui ne parle pas de porno, c’est un livre sur la littérature qui se moque des concours, de genet, de nietzsche, de kant, qui se moque. c’est le livre qui rassemble toutes les questions qui me traversent en les désaxant. c’est le livre que je souhaite à toute personne qui cherche son livre. c’est mon livre, quoiqu’en dira nathalie quintane.


cinq (5) MANIFESTO // julian rosefeldt [2015]

c’était une expo au musée d’art contempo (une autre). treize grands écrans éparpillés dans une immense salle, treize cate blanchett en gros plan, treize historiettes roulant en boucle, relatant en véritables caricatures les courants artistiques, leurs revendications, tirées des manifestes les plus illustres : des artistes fluxus aux dadaïstes, des futuristes aux situationnistes. une cacophonie entrant en symbiose afin de donner à entendre la voix commune qui porte le politique en art.

https://macm.org/expositions/julian-rosefeldt-manifesto/

six (6) LA VOIX HUMAINE // jean cocteau [1930]

comment donner à voir la folie idiosyncratique d’un je se parlant à lui-même : en le faisant parler à travers le combiné. dans cette plaquette théâtrale, cocteau exemplifie avant nathalie sarraute l’usage de la parole, le jeu polyphonique des échanges en apparence insignifiants, pourtant chargés de signification en contexte. il s’agit d’un monologue à deux voix, où la femme laissée pour une autre par son amant, exprime sa pensée tout en laissant deviner la parole de son interlocuteur par l’entremise de ses propres assertions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :