poésie & al.

mars a eu lieu

sept avril deux mille vingt et un

mars a eu lieu le désastre a eu lieu je me rappelle de ce désir que tu avais de ne pas ce désir que tu écrivais de ne pas se déchirer tu craignais pour toi tu craignais le mal venu d’ailleurs le mal donné offert les maladresses qui usent tu craignais ce que tu entrevoyais déjà cette distance cette douleur de voir les choses changer de devoir se garder de mettre à mal ce que tu aimes simplement parce que ce que tu aimes a changé tu voyais en toi la destruction la limite le temps œuvrer dans une direction incongrue je me rappelle de cette lettre où je prévoyais que personne n’y échapperait au déchirement à la fissure aux paroles pesées visant à blesser à la déformation des discours des visages à la malversation des attentes à la négation des êtres & des possibles tout cela a eu lieu le désastre a eu lieu 

Continuer à lire … « mars a eu lieu »

g debord à p straram

À Straram

25 août 60

Cher Patrick,

Je me retrouve à Paris, et en état d’écrire, après une série de déplacements qui a été plus longue que ce que je prévoyais. Mais j’ai enfin découvert le mescal : c’est très bien.
Comme nous l’avons écrit quelquefois l’un et l’autre, il est très difficile de reprendre, par des lettres, une discussion d’ensemble. Mais il devient nécessaire, et en même temps possible, de commencer. Sur la base des textes publiés, ici et au Canada. L’ensemble du Cahier n° 1 est intéressant et positif. De plus, pour moi − et d’autres amis − c’est une réponse encourageante, un signe de reconnaissance dans la curieuse aventure qui se poursuit. Rien n’est plus précieux que les complices possibles d’un tel jeu.

Continuer à lire … « g debord à p straram »

une géographie sous l’eau

loïc la fois au café orr quand nous ne savions pas tout ce qui était à venir

à l’automne il y a peu mais ça semble si lointain nous suivions un cours d’atelier de prose il eut fallu nous commenter en classe parce que l’évaluation le requerrait mais à cette époque nous avions une préférence pour l’ailleurs jaser en café s’adresser des commentaires plus longs que les textes eux-mêmes

Continuer à lire … « une géographie sous l’eau »